Contexte législatif

 

Le 22 juillet 2011, l’ordonnance n° 2011-862 modifie l’article L243-3 du Code rural et de la pêche maritime, en définissant comme suit les personnes habilitées à exercer l’ostéopathie animale :

« Dès lors qu’elles justifient de compétences définies par décret, les personnes réalisant des actes d’ostéopathie animale, inscrites sur une liste tenue par l’ordre régional des vétérinaires et s’engageant, sous le contrôle de celui-ci, à respecter les règles de déontologie définies par décret en Conseil d’Etat. »

Par cette ordonnance, l’état français ouvre une voie au développement d’une nouvelle profession dans le champ de la santé animale.

Actuellement, les syndicats, les associations, les fédérations et les autorités vétérinaires travaillent avec les pouvoirs politiques à la réalisation d’un décret encadrant la formation et l’exercice professionnel de l’ostéopathe animale.

Dans l’attente d’un décret d’application encadrant la formation d’ostéopathie animale, le C-NESOA organise sa formation dans un cadre similaire à celui de l’ostéopathie «humaine». Le C-NESOA s’appuie donc sur le modèle relatif à la formation des ostéopathes D.O. et propose ainsi un cursus des plus complets en matière d’anatomie, de physiologie, de pathologie vétérinaire et  d’ostéopathie. Il faut savoir que le législateur français (Ministères de l’enseignement supérieur et celui de la santé*) a récemment statué sur le cadre de la formation en ostéopathie humaine (4860h dont 1500h de clinique pour un cursus de 5 ans)

   * Ministère de l’enseignement supérieur et de la santé  > Téléchargez le Rapport

Logo_OMS   ** OMS: Organisation Mondiale de la Santé  > Téléchargez le Rapport