L’ école

Être ostéopathe animalier

L’ostéopathie animale, c’est quoi ?

L’ostéopathie animale est une médecine globale manuelle. Elle n’est pas une somme de techniques manuelles mais bien un art thérapeutique au service de la santé des animaux. La maladie n’étant pas une absence de santé, c’est en rétablissant ou en maintenant la santé par une approche manuelle que l’ostéopathie animale complète véritablement la médecine vétérinaire. Dans une compréhension globale du patient, elle nécessite donc des compétences spécifiques, un sens du toucher affiné, une connaissance parfaite de l’anatomie ainsi qu’une compréhension approfondie des liens et interactions entre les différents systèmes et structures du corps.

Un peu d’histoire…

Andrew Taylor Still

Dans le pays de Descartes et Pasteur, l’ostéopathie a eu quelques difficultés à s’implanter mais aujourd’hui, c’est 83% des Français qui reconnaissent ses bénéfices pour la santé.

Pour l’ostéopathie animale, la France en est le berceau, il a fallu attendre 1977. Dominique Giniaux, jusqu’alors vétérinaire souhaitant élargir son approche et sa conception de la santé se forme auprès d’ostéopathes humains aux concepts ostéopathiques originels élaborés par Andrew Taylor Still. Les premières formations sont réservées aux vétérinaires et aux ostéopathes humains.

Puis, dans les années 90, les premières écoles entièrement dédiées à l’enseignement de l’ostéopathie animale ouvrent leurs portes. De Giniaux à aujourd’hui, les vétérinaires gardent une main sur l’ostéopathie appliquée aux animaux. Mais, petit à petit l’ostéopathie animale fait son nid.

Depuis 2017, les ostéopathes non vétérinaires peuvent pratiquer en toute légalité dans le respect des conditions de niveau de formation et de validation d’un examen d’aptitude à la pratique de l’ostéopathie sur les animaux.

Ce que dit la loi

Le 21 juillet 2011 l’ordonnance N°2011-862 modifie l’article L243-3 du code rural et de la pêche maritime. Par cette ordonnance, l’État français ouvre une voie au développement d’une nouvelle profession dans le champ de la santé animale.

À compter du 01  janvier 2020, les ostéopathes animaliers devront avoir une autorisation pour pouvoir exercer l’activité en tant que professionnel.

Pour cela, les décrets N°2017-572 et N°2017-573 et l’arrêté du 19 avril 2017 indiquent pour les ostéopathes animaliers non vétérinaires :

  • Les règles déontologiques
  • Les compétences professionnelles et le niveau de formation requis
  • Les modalités de leurs inscriptions sur la liste tenue par l’Ordre des vétérinaires par le passage obligatoire d’un examen d’aptitude à l’issue de 5 années de formation.

Maintenant et à venir…

L’ostéopathie animale est portée par le même phénomène de société que celui de l’ostéopathie humaine. Sous l’impulsion des propriétaires d’animaux et d’associations sensibles au bien-être animalier, l’ostéopathie se place comme le fer de lance de l’intégration des médecines complémentaires dans le système de santé animale.

Pour cela, il est impératif que l’enseignement de l’ostéopathie animale soit cadré afin d’atteindre un haut niveau de formation. Il est impératif que les ostéopathes soient engagés et répondent d’une seule voix au nom de l’ostéopathie en se réunissant sous une même bannière.

C’est par la volonté commune des éleveurs, des propriétaires, des soigneurs et des thérapeutes, qu’une santé globale et durable de nos animaux sera mise en place.

Continuez de découvrir le C‑NESOA

Vous avez des questions ?

Nos étudiants et membres du staff vous répondent.
Vous pouvez également consulter notre F.A.Q.

Rencontrons-nous !

Venez découvrir le C-NESOA le temps d'une journée ou,
exceptionnellement, le temps d'une visio-conférence.

C-NESOA
Votre navigateur est obsolète

Pour profiter du site,
merci de mettre à jour votre navigateur
massa libero vel, eget leo. felis vulputate, nunc ut Donec ut