Nos conseils

Comment réussir l’examen d’aptitude d’ostéopathe animalier

Lorsque vous souhaitez vivre de votre passion des animaux et vous former au métier d’ostéopathe animalier, de nombreux critères sont importants dans vos choix de cursus et de centre de formation. Tous ces éléments, ainsi qu’un travail assidu, vous permettent de vous présenter à l’examen d’aptitude à l’issue de votre enseignement supérieur. Ce test national est indispensable pour exercer l’activité d’ostéopathie pour les animaux. C-NESOA fait le point sur les enjeux de cet examen et les méthodes pour le réussir du premier coup.

Pourquoi passer l’examen national d’aptitude ?

Depuis 2017, le métier d’ostéopathe animalier est encadré par un décret. Face au développement croissant de cette activité, le législateur a souhaité légitimer les interventions de praticiens non vétérinaires. Une réglementation qui veille aux connaissances acquises et à la conscience déontologique des candidats chaque année. Ce tournant législatif offre une réelle place aux pratiques ostéopathiques pour les animaux et reconnaît leurs résultats en matière de santé, tout en assurant une prise en charge sérieuse et qualitative à la patientèle.

La réussite de l’examen d’aptitude est donc une étape obligatoire pour exercer en toute légalité le métier d’ostéopathe animalier en France, sous peine de sanctions si le praticien ne peut le justifier. De plus, les candidats ayant réussi ce test sont immédiatement inscrits au Registre National d’Aptitude (RNA). Une inscription avantageuse puisqu’elle confirme les compétences acquises et est également gage d’un véritable professionnalisme. Ce répertoire permet également aux jeunes ostéopathes animaliers de bénéficier d’une visibilité officielle pour développer leurs réseaux professionnels.

Le choix d’une formation sérieuse

L’examen d’aptitude repose essentiellement sur les connaissances acquises lors du cursus d’enseignement supérieur suivi. Le choix du centre de formation est donc essentiel puisqu’il garantit la qualité et l’intégralité de l’apprentissage reçu. Avant de vous inscrire dans une école, il est important de s’assurer que cette dernière est en mesure de garantir un enseignement optimal avec une infrastructure adaptée, des formateurs expérimentés, une clinique fonctionnelle, une formation qui respecte les valeurs ostéopathiques et aborde toutes les espèces d’intérêts ostéopathiques (équine, féline, canine, bovine).

Une formule d’excellence qui doit également préparer ses étudiants à l’examen d’aptitude final. Avec des sessions d’entraînement et un programme qui développe toutes les compétences et les connaissances requises à l’exercice du métier d’ostéopathe animalier. Les centres de formation axant leur enseignement sur de nombreux cours de pratique sont également à privilégier. En effet, l’éveil du toucher et l’apprentissage des manipulations précises de l’ostéopathie animalière ne peut se faire qu’avec une expérience régulière et soutenue.

Des entraînements réguliers à l’examen

L’examen d’aptitude se distingue en deux temps : une évaluation théorique et une évaluation pratique. Qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre, réussir son examen d’aptitude nécessite d’intégrer correctement tous les apprentissages de sa formation d’ostéopathe animalier.

La première épreuve est un questionnaire à choix multiples de 120 questions. Un format simple qui ne laisse toutefois pas de place à l’erreur. L’ostéopathie animalière est une discipline qui comporte de nombreuses notions à apprendre par cœur quant à l’anatomie des espèces, les pathologies inhérentes à ces dernières, leurs physiologies, etc. Toutes ces connaissances requièrent une implication assidue de la part des étudiants, et ce, tout au long des cinq années d’études du cursus.

La seconde épreuve demande au candidat de démontrer ses facultés d’observation, sa maîtrise des manipulations, et sa qualité de diagnostic. Si des cas pratiques peuvent être discutés de manière théorique, ces compétences se travaillent essentiellement au cours des stages et des cas concrets. Le C-NESOA dispose d’une clinique depuis 2015 qui accueille 1500 animaux chaque année. Dirigée par les étudiants sous la supervision des formateurs, cette infrastructure est une opportunité idéale pour les étudiants de multiplier leurs expériences sur le terrain. Plus expérimentés, ils sont plus sereins et donc mieux concentrés pour réussir leur examen d’aptitude.

Une attitude professionnelle

À l’image des valeurs ostéopathiques, l’examen d’aptitude est l’occasion de vérifier que les jeunes diplômés représentent bien la déontologie de cette discipline. Résolument orientés sur la santé et le bien-être animal, les ostéopathes animaliers doivent faire preuve d’une réelle conscience professionnelle afin de garantir des prises en charge adaptées à chaque animal.

Le cadre législatif qui régit l’examen d’aptitude est très clair sur le sens éthique attendu des ostéopathes animaliers. Si ces derniers doivent toujours communiquer de façon transparente aux propriétaires et éleveurs d’animaux quant aux soins proposés et apportés, ils se doivent aussi de les orienter vers un vétérinaire lorsque le diagnostic l’impose. La réussite de l’examen d’aptitude passe donc également par la pleine compréhension du devoir de l’ostéopathe animalier et de ses fonctions dans l’offre de santé animale. Cet engagement déontologique est aussi bien évalué par des questions du QCM que par les échanges avec l’examinateur lors de l’épreuve pratique.

Continuez de découvrir le C‑NESOA

Vous avez des questions ?

Nos étudiants et membres du staff vous répondent.
Vous pouvez également consulter notre F.A.Q.

Rencontrons-nous !

Venez découvrir le C-NESOA le temps d'une journée ou,
exceptionnellement, le temps d'une visio-conférence.

C-NESOA
Votre navigateur est obsolète

Pour profiter du site,
merci de mettre à jour votre navigateur